Bob Mould – Silver Age (2012)

Ce bon vieux Bob Mould, quoique plutôt anonymement ces 15 dernières années, continue de traverser les ages avec une productivité assez soutenue. Dernier en date, d’age : celui d’argent, avec un album qui ne retombe pas dans les égarements électroniques de Modulate (2002) et confirme que ce papa du hardcore est aujourd’hui un papy pop punk à plutôt fière allure. Grosses guitares et gros accords, batterie appuyée, refrains adipeux : le programme que propose Bobby sur Silver Age, assez proche dans le style du Copper Blue de Sugar (1992), tient clairement plus de l’agitation adolescente que du troisième age.

Alors certes, on n’est plus vraiment transporté par ce souffle pionnier qui poussait Hüsker Dü voilà plus de trente ans, les compositions ne sont pas nécessairement marquées de l’empreinte du génie. On détecte même ostensiblement que le bougre a trainé avec les Foo Fighters ces derniers temps, en particulier sur Steam of Hercules ou sur le final First Time Joy. Mais l’ensemble reste plaisant, à commencer par la triplette initiale Star MachineSilver AgeThe Descent. Suffisant pour garder notre vieux héros à la maison plutôt que de l’envoyer d’ores et déjà à l’hospice.

Site

DL