Alex G – Rules (2012)

Comment un petit gars, ni vu ni connu, y va de sa leçon d’un songwriting indie pop talentueux, inspiré et sincère. Et dévoile sur ce Rules comme les bases d’un pur savoir-faire, avec des règles qu’il est un vrai plaisir de respecter. L’anonyme Alex G émerge de sa Philadelphie pour faire le point sur tout ce qui peut se faire de mieux parmi les songwriters anglo-saxons d’une certaine veine ; selon les moments, on pense ainsi au meilleur de Ben Lee, de Ben Kweller ou de Brendan Benson. Mieux, on est parfois proche d’un Lou Barlow (Candy) et on oserait presque citer Elliott Smith sur quelques bouffées (le filet de piano de Mis ?)…

La tournée des grands ducs, quoi. Et une tournée sans trop de dérangement puisque le bonhomme fait tout tout seul, chez lui. Pour commencer, on assouvit sa soif nocturne dans la délicieuse limpidité de Water (“Water’s all I need, now I can go back to sleep“). Plus tard, on tombe dans les bras désarmants de Wicked Boy. Encore un peu plus loin, New et le morceau éponyme nous parent tels de petits bijoux pudiques. Il faut surtout prolonger les réjouissances avec les deux précédents albums, Race et Winner, qui dissimulent chacun de nombreuses très jolies surprises. Avec une légère faiblesse pour ce dernier vainqueur et par exemple son impeccable petit Big World. Un titre qui sied bien à Alex G : son mini monde est grand.

Bandcamp

DL