Gaz Coombes Presents – Here Come The Bombs (2012)

Échappé de Supergrass, splitté en 2010, l’anglais aux rouflaquettes est de retour pour présenter un étonnant projet solo. Gaz Coombes déboule donc, et il a des bombes dans sa besace. De prime abord, on ne se les imagine pas forcément nous exploser au coin du bec, méfiance oblige envers la copieuse dimension electro ici explorée par le bonhomme. Et pourtant, à la manière d’un Blur affranchi de sa brit-pop juvénile et mettant tout le monde d’accord avec Think Tank (2003), Gaz Coombes Presents ici un crédo vraiment persuasif.

D’abord, la véritable bombe de Here Come The Bombs, c’est ce Simulator placé en plein cœur de l’album, tel une pierre fine dans son écrin. Ce couplet ravageur conduit par une guitare acoustique montée sur ressorts et une mélodie tenace, rompu par un drôle de refrain alourdi… On ne simule pas l’enthousiasme. Le deuxième hémisphère de Sub Divider, nouvelle ruée à base de cette saillante guitare acoustique – marque de fabrique – est un autre grand moment du disque. Qui en compte encore de très consistants (Hot Fruit, Whore, l’excellent et pourtant allongé Universal Cinema, White Noise et le final Sleeping Giant). En fait, seuls Fanfare et Break the Silence sont un ton en-dessous. Sur onze obus, il peut bien y en avoir deux sans éclat.

Site

DL