Love of Everything – Sooner I Wish (2011)

Le Chicagoan Bobby Burg, qui a déjà l’habitude de turbiner dans une petite tripotée de groupes (Joan of Arc, Make Believe, Vacations), s’est trouvé depuis plus de dix ans une entité au sein de laquelle il bricole ses trucs plus personnels : Love of Everything. Une demi-douzaine d’enregistrements a ainsi vu le jour, certains assez collaboratifs, d’autres à l’effectif plus réduit. C’est le cas du dernier EP en date, ce ravissant Sooner I Wish enregistré à la maison avec l’unique contribution du batteur Matt Holland.

On y retrouve trois courtes et accrocheuses pop songs, et un instru un poil plus long, Here Come the Warm Regrets, pas vraiment expérimental mais en tout cas aux boucles enivrantes. L’amertume des compositions, écrites suite à un divorce, est exaltée par une charmante saveur lo-fi, avec cette gratte crade en fil conducteur. L’ambiance peut faire penser au Ben Lee de Grandpaw Would (Three Way Answers en particulier) ou à du Number One Cup. Mais derrière le minimalisme point un surprenant songwriting. Ainsi Want, après une épatante intro sur 65 secondes, s’avorte d’elle-même juste après l’entrée du chant et deux phrases plaintives. Comme un symbole de la frustration finale après ces neuf petites minutes de bonheur intimiste.

Bandcamp

DL