Sundials – When I Couldn’t Breathe (2012)

Il n’y a rien de vraiment génial chez Sundials. C’est pourtant avec un plaisir non feint qu’on retrouve la power pop du trio à peine plus d’un an après le premier et plutôt plaisant LP Never Settle (2011), pour une certaine bouffée de fraîcheur à défaut d’une véritable cure d’originalité. Car on perçoit suffisamment de sincérité et de bonnes choses dans ce When I Couldn’t Breathe pour en prendre une franche inspiration.

C’est surtout la mélancolie succincte et subtilement mesurée du titre éponyme, petite pépite, qui touche de prime abord. Puis on finit par se laisser convaincre par la simplicité spontanée du reste de l’ensemble, aux détours duquel on peut tomber sur une intonation de voix à la Tim Wheeler de Ash par-ci (When I Couldn’t Breathe justement), ou sur quelques tics dignes de Fountains of Wayne par-là (New York Crunch). Avec une palette allant des mini-bombes punkettes Seventy-Five et Untitled à la touche folk finale de Strange, en passant par du mid-tempo à foison. Rien finalement qui ne gêne vraiment la respiration.

Bandcamp

DL

Sundials – Never Settle (2011)

Il est l’heure de s’attarder sur trois ombres portées sur nos cadrans, en attachant en fait une attention toute particulière à la source du phénomène : la lumière solaire. Car il y a bien un petit quelque chose qui brille chez Sundials. Le rayonnant trio de Richmond, Virginie, le prouve sur Never Settle, premier album à la power pop souvent plus power que pop.

Le chic pour accrocher est là d’emblée avec Either Way puis le titre éponyme. S’en suit une belle exposition à l’astre du jour, comme une demi-heure de séance UV qui laisserait un joli teint hâlé. Sans trop de surprises non plus mais avec un plaisir sans doute radieux. Depuis la parution de Never Settle, Sundials a enchaîné trois split ep et deux singles (disponibles gracieusement sur Bandcamp, dont un tout nouveau split ep devant débouler ces jours-ci) qui ne perdent pas en éclat (comme sur cet enthousiasmant Holy Monophony). Offrez-vous un bon bain de rayons sans crainte d’insolation.

Bandcamp

DL