The Birthday Suit – The Eleventh Hour (2011)

Si l’on veut bien concevoir que Warnings/Promises n’était pas si décevant que ça, il faut considérer ce premier album de The Birthday Suit comme le disque d’Idlewild qu’on n’osait plus espérer depuis 2005. C’est comme si Rod Jones, guitariste de l’illustre bande de Roddy Woomble, en avait eu ras le bol des dérives folk à cornemuse de son leader et décidé de s’offrir une revigorante cure de jouvence électrique.

On l’en remercie. Nous voilà du coup replongé dix ans plus tôt, baignant dans un délicat syncrétisme de 100 Broken Windows et The Remote Part, deux des meilleures pièces de la discographie d’Idlewild. Certes, les sommets de ces dernières ne sont pas atteints, mais on retrouve la plupart des ingrédients qui faisaient tant succomber chez nos Écossais. Témoin : à lui seul, le délectable enchaînement introductif Do You Ever?Hope Me Home suffit à un certain bonheur.

Site

DL