Double Dagger – 333 (2013)

Tout pourra être dit, ce ne sera sûrement jamais assez et assez bien. Double Dagger a officiellement cessé d’être en 2011, laissant derrière lui quelques remarquables enregistrements (dont le génial EP Masks en 2010) et une empreinte de groupe culte. Pourtant, tel un dernier pied de nez à la postérité, le voici délivrant un ultime et donc posthume mini-album, ce 333 qui parachève en beauté dix ans d’activisme punk hardcore minimaliste, avec pour seules armes une basse, une batterie, les cordes vocales furieuses de Nolen Strals, et beaucoup de talent.

En six titres sans franche surprise, le trio de Baltimore conclut son histoire d’un joli résumé de son univers, tout en attisant les regrets qu’elle ne se poursuive pas un peu plus. La basse délayée de “The Mirror”, l’agitation de “Foreign Bodies” et “Supply/Demand”, et la finesse des instrumentaux “Space Dust” et “Figure Eights” offrent comme de magnifiques préliminaires au définitif “Heretic’s Hymn”, synthèse parfaite de brûlot punk scandé et de longue plage plus vaporeuse et saccadée sur fond de tondeuse à gazon. Quand un testament est aussi beau que la vie du défunt, on s’incline, on dit bravo et merci.

Site

DL