Hanni El Khatib – Head In The Dirt (2013)

Avec un nom comme ça, on s’attendrait au mieux à un vendeur de kebabs, au pire à un terroriste. C’est pourtant musicalement qu’Hanni El Khatib fait péter ses bombes, avec un garage rock bien racé aux racines un peu bluesy. Le californien (issu tout de même d’un délicat mélange philippino-palestinien), produit par Dan Auerbach des Black Keys, fait en ce sens immanquablement penser aux White Stripes dont il partage aussi le côté minimaliste des premiers albums.

Ainsi, le titre éponyme de ce deuxième opus baptisé Head In The Dirt est une sorte de “Seven Nation Army” dégénéré dont le refrain se retrouve au bord de la falaise, flirtant avec de douteuses effluves disco. Malgré cette introduction un peu déroutante sans toutefois se faire rebutante, le bouillant “Family” vient rassurer son monde en le dynamitant. Puis des morceaux plus pop comme “Skinny Little Girl” et “Penny” ratissent encore plus larges, quand des petites merveilles explosives comme “Pay No Mind” et surtout le vrombissant “Sinking in the Sand” finissent d’emballer le tout. On vient de mordre la poussière et elle a plutôt bon goût.

Site

DL