Skating Polly – Lost Wonderfuls (2013)

Elles ont 30 ans. À elles deux. Elles viennent de balancer avec Lost Wonderfuls un deuxième album assez bluffant. Un peu foutraque, un peu bancal, mais qui possède cet adorable charme typique de la prime jeunesse, quand la naïveté sublime cette forme d’art brut qu’est leur indie punk dépouillé et crassouille. Elles, c’est Skating Polly, improbable duo de demi-sœurs de 13 et 17 ans originaires d’Oklahoma City, qui pour s’exécuter s’amusent même à échanger batterie et guitare (ou encore une bassitar, espèce de gratte à trois cordes).

Les gamines se situent à une sorte de croisée des chemins à la fois, donc, juvénile et semi-mature, entre la douceur acérée des Breeders (“Placer”), la beuglardise riot grrrl au fumet de Courtney Love (“How Stuck Are You”) et l’anti-folk de Kimya Dawson (“Kick”, “Oh Well, We’ll Win”). Cela donne douze titres qui tapent à peu près tous dans le mille, et qui cajolent même amoureusement les tympans comme les ouhouhou de “Blue Obvious”. Si jeunes, Kelli Mayo et Peyton Bighorse ont déjà compris pas mal de choses. Ça promet.

Site

DL