Ty Segall – Goodbye Bread (2011)

Ty Segall est un grand malade. Le jeune californien pond des chansons et des disques comme un pétomane enfilerait des perles. Pour autant, tout n’est pas que du vent avec lui, même si on a du mal à compter les albums du prolifique bonhomme depuis 2008 et ses débuts en solo. Ce Goodbye Bread doit être le cinquième, après notamment Lemons (2009) et Melted (2010) où la trinité garage-pop-concision est fièrement portée en étendard, rappelant le regretté Jay Reatard (avec une petite pointe de White Stripes).

Ici on prend un peu plus son temps, on pointe un bout de nez hors du garage et on fignole la mélodie. Comme sur l’exquis morceau éponyme, qui convoquerait quasiment du Beatles. L’excellent My Head Explodes est a lui seul tout un programme : une première moitié du titre évoque le Sweet Dreams d’Eurythmics (mais, heureusement, avec une ronflante guitare acoustique plutôt qu’un clavier daté), la seconde partie survenant telle un refrain nirvanesque pour finir sur une brève éjaculation punkoïde. Si tout n’est pas égal, on est prêt pour la suite de Segall. Après-demain ?

Site

DL

2 comments to Ty Segall – Goodbye Bread (2011)

  1. Au passage, merci à Garenne pour la découverte.

  2. […] déjà bien sympas). Ici, Twins succède plus sûrement au plutôt « calme » Goodbye Bread (2011) et, quintessence de pop joliment sale, pourrait bien prétendre au titre de meilleure […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *